🇬🇧

« That’s life! », as the saying goes.

That’s all you can get from here.

You should stand up when you fall, find your way when you get lost.

Never confess you’re weary,
Never say you’re fed up.

 

You thought you were needed on earth, That the world languishes for you,
But you’re just…
Human, helpless human…

 

This world disgusts me, My feet in it strayed

Like you, I believed
that tomorrow is a new day. Alas, no one feels your pain, no one gives a damn!

This world won’t fool me, not with the laughs, not with the wine

that take you at an instant to the stars

but wake you  soon to new sorrows

The days pass running and I remain forgotten The eyes tell and I stay exiled

In the dark night, I’m afraid,

I’m afraid and remains impeded

In the dark night, I was silent, insignificant.

Soul, Oh my soul!

Your fire can’t be extinguished Your flame will never be neglected!

The days pass running and I remain forgotten The eyes tell and I stay exiled

The drunkenness of life stirs in me, in me

A lamp.

Turns light into silk, on My body, on my body,

a knife

strips a feeling

That haunted me, haunted me, immerses me immerses me.

What is going on? What is going on? Where are we? Where are we?

What goes through the drops of the fabric when it is fondled by the breezes of morning roses?

I’m afraid of time

and time is long

I’m afraid the time stops …

And my day goes like an eternity

I fear that time and my friends forget me, I spend my life waiting for a moment of joy that never lasts

I’m tired of people …  people don’t feel, don’t understand …

I fear, I fear

Loneliness.

But I remain alone, always alone, mutated into silence. cannot speak or write. Home is a prison! streets are a jail whose walls are the people

I’m afraid of losing all feeling, I’m afraid my art vanishes, I’m afraid of dying while I am alive.

Alas, I’m always lonely, Isolated in a glass bubble

And I walk on a flat road that tilts,

Until when?

I do not know if I’m Arab or … I don’t know if I am silence or screaming, embers or ashes, Whiteness or dark?

Streets carry, carry crowds, Others drive them back.

Wherever I turn … turn … I turn around, When dizzy, I fell on my hands, I held my head and I cried … Who am I?

My past? …. Unknown! My present? … Misunderstood! Am I a point on a wire? A stray seed in a rope that has been used to strangle freedom, retain information, to rig the story, and I forgot who I was.

Every day, Spring leaves a heart abandoned and a bird dies in the sky’s limbo …

Every day, Life robs us a new hope … and we mourn the gap.

Every day, Men bury a thought, And a soul disappears into the cave of life.

This is the reality of life, Why this course?

Aren’t we condemned to the bitterness?

Every day, Life reveals a secret, and offers us a glimmer that pierces the fog.

Every day,

a sun shines.

How many houses destroyed? How many stolen lives,

How many abandoned hearts

How many people have lied,

How many children massacred, How many opinions buried, How many eyes have cried.

How many resources interrupted, How many rivers were drained, How many feathers flew,

How many dreams carried away by the wind?

How many battered women, How, how many people have migrated,

How many shipwrecked boats, How many carried weight.

How many abandoned countries, How many men oppressed,

How many words that vex,

How many sleepless nights?

How many have betrayed, How many steps were stopped, How many days were wasted?

How many stories carried away by the wind?

How many trees felled,

How many lost souls,

How many women humiliated, How many hearts affected?

How many people abased, How many colors erased, How many birds silenced?

How many fires were burnt, How many stifled revolts, How many tears shed,

How many complaints carried away by the wind.

At this instant, one cannot imagine my grief

At this instant, one cannot think of the stifling sob inside me

At this instant, my voice is alone, wandering and my shadow strays

 

I Can’t evoke pain

Pain is felt and what’s troubling me is beyond the domain of sensations

 

At this instant, I lost whom I loved and forgot everything I Knew

How to explain what’s crushed inside me and that I don’t understand

 

I stand silent for singing deserted me

I look haggard at what’s surrounding me

I wish to not move or open my door

 

This is my state, At this instant

I am Lost

I am Lost

 

Every step of the way, I see my life moving away from me

Every Path I walk, I see my dreams escaping from me

 

I am Lost

I am Lost

 

In every blink of an eye I see

In every heartbeat I feel

In every road I take I see

my dreams flying away from me

 

Sky has been torn

As I was listening to the Water

From my dreams came a swan

And straightens his wings

To give me the sweetest birth

Sad, Sad is the Heart

lifeless body

Animated only by the convulsions of pain

 

Sad, sad is the soul

Won’t bloom

The breath is choking till agony

 

Why did you choose this place where your footsteps fade in the darkness?

 

Sad, sad is the love

screaming

to pierce this quiet

 

They do not like you, you’re not one of theirs

Where are yours? Certainly lost… like you

 

Sad, sad is the dream

You dream of distant lands

That won’t save you

 

They worship you and envy you

For what’s inside you

What you live

But ignore your sorrows

They ignore what it means

To be aborted by life

Renounce yours

Renounce your Beloved

Give up your education

Renounce your values

Renounce all that belongs to you

and all that you built with your hands

Renounce, renounce

 

Renounce your ideas

Give up your secrets

Give up the one you loved

and everything you cherished

Renounce all that is in you

and what has meaning for you

 

How can I close my eyes?

Thorns are surrounding me

How to peace can I find a way

I don’t know

 

Renounce your ambition

Waive your words

Waive your senses

Give your inspiration

 

Waive the best in you

And give up all that has been given to you

Renounce renounce

 

How can I close my eyes?

Brambles are surrounding me

How to peace can I find a way

I don’t know

 

How many lies down here

How much pretense and deceit

How many honest souls

Are victims of this crippled society?

🇫🇷

Comme on dit « c’est la vie ! » C’est tout ce qu’il y a de par ici Quand Tu chutes tout seul tu te relèveras

Si Tu te perds tu te retrouveras

Et surtout jamais tu n’avoues que tu es las ! Jamais marre tu n’en auras.

Tu te pensais indispensable ici- bas Que le monde languit pour toi, Mais tu n’es qu’un … Faible petit homme!

Ce monde m’écœure, Mes pas s’y sont égarés

Je croyais comme toi en ce nouveau jour qui, demain viendra.

Hélas, personne ne ressent ton tracas, Personne n’en fait cas !

Votre monde, ni par les rires ni par l’ivresse…ne m’aura.

Qui  t’emporte la nuit de ce monde, dans ses chimères

Pour te réveiller le lendemain dans une vie de misères !

Mais tu n’es qu’un … Faible petit Homme!

Les jours s’écoulent et je reste à l’oubli

Les regards racontent et Exilé je suis

Dans la nuit noire, j’ai peur, J’ai peur et reste impuissant

Dans l’obscure nuit, je suis silencieux, insignifiant.

Âme, Oh mon âme ! Ton feu ne peut s’éteindre Ta flamme n’oublie jamais!

Les jours s’écoulent et je reste à l’oubli

Les regards racontent et Exilé je suis

L’ivresse de la vie allume En moi, Une lampe.

Qui transforme la lumière en  soie, sur mon corps tel un couteau

Qui dépèce un sentiment Qui me hante, me hante, Et m’immerge, m’immerge.

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il ?

OĂą sommes-nous ?, oĂą sommes-nous ?

Qu’est ce qui parcourt l’intérieur des gouttelettes d’étoffe, Quand la caressent les effluves des roses du matin

Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il?

J’ai peur du temps Et le temps est long

J’ai peur que le temps, s’arrĂŞte… Et ma journĂ©e se rallonge Ă  l’ infini…

J’ai peur que le temps et mes amis m’oublient

Je passé ma vie à attendre un instant de joie qui ne dure jamais

J’en ai assez des gens… Ces gens qui ne sentent pas qui ne comprennent pas… Je crains, Je crains La solitude.

Mais, seule, toujours seule, Je suis muré dans le silence.

Je ne peux ni parler, ni Ă©crire. La maison… une prison, Et la rue une geĂ´le dont les murs sont les gens !

J’ai peur de perdre tout sentiment,

J’ai peur que disparaisse mon art,

J’ai peur de périr de mon vivant.

Hélas, je suis toujours solitaire, Isolé dans une bulle de verre.

Et je marche sur un chemin plan, Un plan qui s’incline, qui s’incline

Mais jusqu’où?

Je ne sais si Arabe je suis ou…

Je ne sais si je suis silence ou cri

Suis-je braise ou cendre? Blancheur ou obscurité ?

Des rues qui charrient, charrient des foules, D’autres rues les refoulent.

LĂ  oĂą je me tourne, tourne, tourne… je tourne en rond

Quand pris de vertige, je suis tombĂ© sur mes mains, J’ai pris ma tĂŞte et j’ai pleurĂ©,… Qui suis-je?

Mon passĂ©?….inconnu ! Mon prĂ©sent ?…incompris !

Suis-je un point sur un fil ? Un embryon perdu sur une corde qui a servi Ă  Ă©trangler la libertĂ©, Ă  retenir l’information, Ă  truquer l’histoire…

Et j’ai oublié qui j’étais.

Chaque jour, un printemps laisse un cĹ“ur Ă  l’abandon, un oiseau meurt dans les limbes du ciel…

Chaque jour, La vie nous vole Un nouvel espoir … et nous pleurons le vide…

Chaque jour, des hommes enterrent une pensée, Et une âme disparaît dans les ténèbres de la vie

C’est là la réalité de la vie, Alors, pourquoi continuer?

Ne sommes-nous pas condamnés à l’amertume?

Chaque jour, La vie dévoile un secret, Et nous offre une lueur qui transperce les brumes.

Chaque jour, se lève un nouveau soleil

Oh Combien, combien de maisons détruites ? Combien, combien de vies volées, Combien, combien de cœurs abandonnés,

Combien de cœurs affligés.

Combien de personnes ont menti, Combien, combien d’enfants massacrés, Combien, combien d’opinions englouties,

Combien d’yeux ont pleuré

Combien, combien de gagne-pains interrompus, Combien, combien de rivières asséchées, Combien de plumes ont volé,

Combien de rêves aux quatre vents emportés ?

Combien, combien de femmes battues, Combien, combien de personnes ont embarqué, Combien, combien de barques naufragées, Combien de poids porté.

Combien, combien de pays désertés, Combien, combien d’hommes opprimés, Combien, combien de mots ont blessé,

Combien de nuits as-tu veillé

Combien, combien de personnes ont trahi, Combien, combien de pas arrêtés, Combien de jours envolés,

Combien d’histoires par le vent emportées ?

Combien, combien d’arbres abattus, Combien, combien d’âmes perdues, Combien, combien de femmes humiliées,

Combien de cœurs affectés

Combien, combien de personnes rabaissées, Combien, combien de couleurs effacées, Combien, combien d’oiseaux réduits au silence, Combien de poids porté.

Combien, combien de feux allumés, Combien, combien de révoltes étouffées, Combien, combien de larmes versées, Combien de plaintes évaporées.

Ă€ cet instant, tu ne peux imaginer mon chagrin

À cet instant tu ne peux songer au sanglot qui m’étreint

À cet instant ma voix est seule, errante et mon ombre s’égare

 

Je ne puis Ă©voquer la douleur

La douleur se sent et ce qui me traverse est au-delĂ  du domaine des sensations

 

À cet instant ce que j’aimais j’ai perdu et tout ce que je savais m’échappe à présent

Comment t’expliquer ce qui à l’intérieur de moi est broyé et que je ne puis discerner

 

Muet je me tiens car le chant m’a déserté

Hagard  je regarde vide ce qui m’entoure

Je ne désire point me lever ni ouvrir ma porte à qui que ce soit

 

C’est mon état, à cet instant

Je suis perdu

Je suis perdu

 

Dans chacun de mes pas je vois, ma vie se déplaçant loin de moi

A chaque chemin que je prends, je vois mes rêves m’échapper

 

Je suis perdu

Je suis perdu

 

Dans chaque battement de cil, je vois

Dans chaque battement de CĹ“ur je sens

Dans chaque route que j’emprunte

Je vois mes rêves s’envoler loin de moi

 

Le ciel se retourne

Lorsque j’Ă©coutais le murmure de l’eau

De mes rêves est né un cygne

redresse ses ailes

Pour me donner la plus douce renaissance

Triste, le CĹ“ur est triste

Corps inerte

Animé par les seules convulsions de la douleur

 

Triste l’âme est triste

Ne peut s’ouvrir

Le souffle s’étouffe jusqu’à l’agonie

 

Pourquoi as-tu choisi ce monde ou tes pas s’effacent dans l’obscurité

 

Triste l’amour est triste

Sentiment blotti

Se débat pour déchirer ce silence

 

Ils ne t’aiment pas, tu n’es pas des leurs

Où sont les tiens? Certainement égarés… comme toi

 

Triste le rĂŞve est triste

Tu rêves de contrées lointaines

Qui ne te sauveront pas

 

Ils te vénèrent et t’envient

Pour ce qui est en toi

Ce que tu vis

Mais ils ignorent ton supplice

Ils ignorent ce qu’est

Qu’être avorté par la vie

Renonce aux tiens

Renonce à tes bienaimés

Renonce Ă  ton Ă©ducation

Renonce à  tes valeurs

Renonce à tout ce qui t’appartiens

et tout ce que tu as construit de tes mains

Renonce, renonce

 

Renonce à tes idées

Renonce Ă  tes secrets

Renonce Ă  celui que tu aimes

et a tout ce tu chérissais

Renonce Ă  tout ce qui est en toi

et ce qui a du sens Ă  tes yeux

 

Renonce Renonce

Commet fermer les yeux à présent

Je ne suis entouré que de ronces

Comment retrouver vers la quiétude un chemin

Je ne sais

 

Renonce Ă  ton ambition

Renonce Ă  tes mots

Renonce Ă  tes sens

Renonce Ă  ton inspiration

 

Renonce Ă  ce que tu as de mieux

Et donne leur tout ce qui t’ait donné

Renonce Renonce

 

Commet fermer les yeux à présent

Je ne suis entouré que de ronces

Comment retrouver vers la quiétude un chemin

Je ne sais

 

Combien de menterie y a t-il ici-bas

Combien de feinte et de fourberie

Combien de gens honnĂŞtes

sont victimes de cette société infirme